De 1806 à 1812 (Le Guyader)

1806 à 1812 VIE DU PALACRET SOUS JEAN LE GUYADER NOTAIRE A PEDERNEC

Le seul document d’expertise ne permet pas de reconstituer avec précision le moulin et ses dépendances en 1806 (13) ; Il nous permet cependant de faire un état des différents bâtiments, avec pour la plupart leurs dimensions ; état que nous pouvons établir selon la liste ci-dessous :
  • Le moulin à eau, à 2 tournants, avec ouvertures à l’est et à l’ouest, sous toit d’ardoises (dimensions 9,25 m par 4,5 m ),
  • Une maison d’habitation, sous toit d’ardoises, orientée façade au sud (dimensions 16,25 m par 5,2 m , hauteur 5,2 m),
  • Une bâtisse sous chaume divisée en crèche à vaches, écurie et soue à porcs ; sa façade donnant à l’ouest,
  • Une écurie sous chaume avec ouverture au nord (dimensions 6,5 m par 4,2 m et de hauteur 2,2 m),
  • Un bassin de rouissage (32,5 m par 6,5 m) ; ce bassin étant probablement la réutilisation du vivier construit à cet endroit en 1613,
  • En sus de ces constructions ont été vendus avec le moulin un jardin (2 ares), deux prés (193 ares), deux coteaux (450 ares), un bois de taillis (121 ares).
Une analyse rapide basée sur des documents du dix-huitième siècle, retrouvés ultérieurement, permet de comprendre l’évolution du bâti tel qu’il se présente en 1806.

Au dix- huitième siècle les commandeurs n’habitaient plus dans la commanderie du Palacret. Le meunier était également fermier et gardien du site du Palacret ; il habitait dans un pavillon situé dans l’enceinte du manoir et utilisait pour son usage personnel la cuisine du manoir.

Suite à la Révolution, après la vente du manoir à Maudez le Ribault en 1797, afin que le meunier puisse vivre sur le site, la construction de nouveaux bâtiments devint indispensable, et s’est traduite par l’édification de ceux que nous avons listés ci-dessus.

L’analyse du rapport d’expertise (13), du cadastre napoléonien de 1818, ainsi que des matrices cadastrales de Saint Laurent (15) nous permet d’établir la représentation ci-après que nous avons reportée sur l’extrait cadastral de 1818.


Ce croquis appelle les commentaires suivants :

En 1806 le Palacret est éclaté entre plusieurs propriétaires ; le moulin et ses dépendances (figurés en rose sur le plan) est propriété de Jean Le Guyader notaire à Pédernec ; la chapelle, figurée en vert, est la propriété de Laurent Rabin ; le manoir, de plus en plus en ruines à cette date, avec les allées et canaux d’eau, figurés en violet, sont la propriété de Maudez le Ribault .

A ce jour nous disposons de peu de données quant au fonctionnement du moulin durant cette période. On peut penser que Laurent Rabin, déjà meunier en 1788 (16) poursuivit son activité sur le site jusqu’en 1813 ; à noter que de 1795 à 1798 on relève en plus la présence au moulin du Palacret de Vincent Nédelec en tant que domestique meunier.



 
 
 
 
 
 
 
ANNEXES:
 

R13

 – Expertise du moulin du Palacret –Archives départementales des Côtes d’Armor cote 1Q1/23

«  L’an mille huit cent six  ce jour neuf avril , je soussigné Charles Legars demeurant à Pontrieux expert nommé par le préfet du département des Côtes du Nord par son arrêté du 1 er avril dernier à l’effet d’estimer la rente fermière et convenantière de soixante francs en argent due sur le moulin du Palacret en la commune de Saint Laurent et provenant de l’Ordre de malte . Je mesuis rendu jusqu’au dit moulin  et sur la montrée que m’en a faite Jean le Guyader qui m’a déclaré n’avoir aucun titre réquisitoire de m’apparaître j’ai en conséquence procédé au mesurage et estimation dudit moulin comme suit .

Le dit moulin consiste dans une maison moualle aspectée au midy et nord , couverte d’ardoises ; au pignon couchant une ouverture de porte de taille ; en la longère midy porte et fenêtre ; deux longère de maçonnerei  qui ont de long chaque seize mètres deux cent cinquante millimètres ; laise à deux pignons cinq mètres deux cents millimètres ; hauteur compensée cinq mètres deux cents millimètres.

Au levant dudit édifice un autre divisé en trois compartiments  servant de crèche à vache , écurie et soue à porc ; ayant ses ouvertures au couchant et toit de chaume .

Joignant la dite maison un mur qui a de long vingt deux mètres cinquante millimètres, hauteur trois mètres neuf cents millimètres ;

Dans l’issue au couchant de la dite maison une écurie qui a en chaque longère de maçonnerie six mètres cinq cent millimètres ; laise à deux pignons quatre mètres cinq cent millimètres , hauteur compensée deux mètres deux cent soixante quinze millimètres ; porte et jour au nord sous couverture de chaume .

Dans la même issue un autre mur qui a de long six mètres cinq cents millimètres  hauteur trois mètres neuf millimètres.

La cage à moulin à deux tournants et a barrasseaux dans laquelle il y a un jour qui a de diamètre un mètre sept cent quatre vingt sept millimètres, laise à un pignon entier , un rais  quatre mètre cinq cent

Cinquante millimètres , auteur compensée quatre mètre huit cent soixante quinze millimètres ; deux ouvertures de porte au couchant et au levant avec fermeture ;

Un biais , une rampe , quatre tuiles ou bondes ;

Le jardin planté contient de plat y compris ses fossés un are huit cent vingt-quatre milliares .

Un côteau planté de quelques hêtres contient de plat y compris ses fossés au cerne fors vers le couchant deux cent six ares sept cent vingt milliares .

Autre  pièce sous sol de pré contient y compris ses fossés midy et levant soixante douze ares neuf cent milliares .

Autre côteau qui contient de plat avec ses fossés et tablettes deux cent quarant trois deux cent milliares ;

Un bois taillis avec ses fossés au nord seulement contient de plat cent vingt et un ares six cent milliares

Le pré sous  le bois taillis avec ses fossés au midy seulement contient de plat cent vingt et une ares six cent milliares .

L’issue et aunaye devant la maison et le moulin contient environ cent quatre vingt deux ares  quatre cent milliares

Et finallement un douët à rouir qui a de long trente deux mètres cinq cent millimètres et de laise six mètres cinq cent millimètres .

 

Ce sont tous les édifices ,cage à moulin ,biai , murs , terres ,fossés et dépendances du droit convenant dont j’ai estimé la rente et le fond avec les bois qui en sont partie et d’après la comparaison que j’en ai faite , justifie le fond et la rente ne sont pas susceptibles d’augmentation ;

 

Fait , arreté ,tant sur les lieux  qu’à Pontrieux , sous mon seing les  neuf et dix avril

                                   

                                                        Signé    Legars

 

  Enregistré à Pontrieux le quatre juin 1806

 Reçu un franc dix centimes

 

R15

-Matrices cadastrales des propriétés foncières de la commune de Saint Laurent   cotes 3P315 art 3 et art 11

 Extrait de la matrice de St Laurent

 

R16

- Meuniers du Palacret sur la période post révolutionnaire

 

Laurent Rabin

·         né à Quemper Guézennec le 19 février 1743

·         décédé le 9 mai 1814 à l’hospice de Guingamp

·         époux de Marie Hello  , née à Guingamp Ste Croix , décédée à Guingamp le 10 janvier 1817

·         enfants nés au moulin du Palacret : Françoise et Jeanne le 7 février 1788 ; Thèrèse le 12 mai 1790 ; Jeanne le 16 mars 1794

Vincent Nedelec

·         époux de Marie jeanne Rohan  décédée au moulin du Palacret le 16 janvier 1798

                    ·         enfants nés au moulin du  Palacret : René le 21 février 1795 ; Laurent Marie le 10 mars 1797