A - Paroisse de Sainct Laurens Lanlouren

 

Le tableau ci-joint permet de percevoir l’ensemble  des biens ,possessions ,revenus  ainsi que leurs importances respectives sur le territoire de la paroisse de Sainct Laurens Lanlouran  ainsi qu’elle était  dénommée à cette époque  .

 

 
 

Croquis du Palacret en 1701  : manoir ,chapelle ,moulin (source AD22 cote H608)

 

 

 

Croquis église de St Laurent en 1701  (source AD22 cote H608)

 

 

Commentaires :

L’analyse du tableau détaillé des différents revenus joint en annexe (R9)  permet de mieux cerner la gestion de ces biens .
Le moulin représente 25% des revenus de la commanderie  sur la paroisse .

La quasi-totalité des biens fonciers sont  affermés selon un type de contrat spécifique aux Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem en Bretagne : la quévaise ; cependant il ressort que les règles de la quévaise ( L) , dont les détails  étaient joints au document de dénombrement  ,ne sont pas  toutes respectées : Pierre Kernivinen et Claude Godest ont 2 quévaises alors que l’article du règlement mentionne  « en quévaise l’homme quévaisier ne peut tenir plus d’un convenant sous même seigneurie .... » ; une différence fondamentale par rapport aux quévaises détenues dans d’autres paroisses est que pour St Laurent  n’apparait pas le prélèvement d’un pourcentage de la récolte de blés ; prélèvement qui selon le règlement de la quévaise était de 15%   généralement noté «  ..à raison de la six et septième gerbe  c'est-à-dire de vingt gerbes ,trois .. » ; dans le cas présent on peut penser qu’il s’agit plus probablement d’une erreur du greffier .
Les montants des ‟ redevances‟ concernant les quevaises comportent une partie en argent et une partie en nature ; cette dernière partie s’exprime en boisseaux d’avoine  et/ou de froment , en poules et en corvées ; généralement cette ‟ redevances ‟est ensuite convertie en argent. Il est à noter que cette redevance est fixe , que sur la période considérée , c'est-à-dire la totalité du 17 ième siècle , elles n’ont subi aucune réévaluation.
Ceci explique que les parties argent des  cheffrentes ( L) et des quevaises soient exprimées en livres parisis  alors que les conversions au 17 ième siècle sont en livres tournois .(R10)

 

Pour St Laurent , contrairement à nombre d’autres paroisses , les prélèvements sur l’église et  la chapelle sont très faibles et marquent uniquement l’aspect possession et prééminence  : 1 obole le jour de la St Etienne , la  fabrique de  l’église 5 sols ,pour le  courtil de l’église 5 sols .

Comments