27 Jean-Denis-Gabriel Polastron de la Hiliere


Originaire du diocèse de Tours, il est reçu chevalier le 7 juin 1631. La famille Polastron et ses différentes branches a fourni un nombre très important de frères hospitaliers.  Sur la période 1500  à 1780 on relève, a minima,  17 fois le patronyme Polastron. Denys de Polastron la Hillière sera grand prieur du prieuré de Toulouse de1656 à 1662 date de son décès à Malte. Ce sera Jean-Denis-Gabriel de Polastron de la Hillière, son neveu, qui va assurer la construction de sa somptueuse pierre tombale en l’église de la Valette[1]. Sensiblement à la même période un autre Polastron à savoir Jean-Gabriel Polastron de la Hillière Ledain deviendra commandeur de Millau au prieuré de Saint-Gilles. Ce dernier décède le 30 janvier 1698 et aura également l’honneur d’avoir sa pierre tombale en l’église de la Valette à Malte (A25).

Jean-Denis-Gabriel de Polastron de la Hillière est nommé commandeur de la Feuillée en 1662, il prête serment de fidélité au roi, le 14 avril 1665. Une longue procédure[2] engagée à l’encontre de l’Ordre, non encore close en 1679, au bout d’environ neuf années, va nous faire découvrir que le commandeur, certainement dépensier et mauvais gestionnaire, laisse à son décès de multiples dettes qualifiées de considérables. Cette procédure a été enclenchée par Bernard de Polastron de la Hillière, frère du commandeur de la Feuillée, et créancier de ce dernier.  Le haut conseil de l’Ordre, pour ne pas assumer les dites dettes, va renoncer à la dépouille de ce commandeur. Cette procédure nous indique que le mortuaire pris fin le 30 avril 1670 nous permettant ainsi de situer le décès du commandeur entre le 1 mai 1669 et le 30 avril 1670. Le registre des baptêmes de la paroisse de Pestivien[3] va nous faire découvrir que le commandeur est intégré dans la vie locale. Le 27 février 1665 est baptisée Anne-Gabrielle Bosquet, fille de Nicolas Bosquet et de Louise Floyd[4]. Le parrain n’est autre que Jean-Denis-Gabriel Polastron de la Hillière, commandeur de la Feuillée. Il est de ce fait très probable que le commandeur vivait à cette période dans ses commanderies de Pont-Melvez ou du Palacret.

Les lacunes dans les registres paroissiaux de Pont-Melvez et de Saint-Laurent ne permettent pas de confirmer s’il décéda dans l’une ou l’autre de ces commanderies.

Arbre d’ascendance de Jean-Denis-Gabriel Polastron de la Hillière[5]


 

 

Armes : d’argent au lion de sable, lampassé de gueules.

 

Dessin grand armorial Hozier.

 

 




[1] M. L. Mas Latrie, Les archives, bibliothèques et inscriptions de Malte, Paris, Bibliothèque Impériale, 1857.

[2] AD86, 3H1 465.

[3] Commune des Côtes d’Armor à environ 20 km de Guingamp.

[4] Dans les années qui suivront la famille Floyd sera en relation étroite avec les divers commandeurs de la Feuillée. Elle fournira  un procureur général   et un fermier général aux commandeurs.

[5] Preuves de noblesse des chevaliers du prieuré d’Aquitaine, BNF ms. fr. 32404. Registres paroissiaux de Loches(37) pour l’année 1625, de Pestivien en 1665 (22).

Comments