29 - Guy d'Alongny de Boismorand





Le patronyme d’Aloigny est utilisé dans les documents plus récents que ceux relevés du vivant de Guy d’Alongny.


 Guy, fils de messire Guy d’Alongny, chevalier seigneur de Boismorand et de dame Renée de la Pouge, est baptisé le 30 mai 1609 en l’église paroissiale d’Antigny, sur le diocèse de Poitiers. Il eut pour parrain et marraine Philippe de Valantienne, écuyer, sieur de la Coulombe et damoiselle Prigeante du Plessis.

Il a seize ans quant, en 1625, sa famille présente sa demande d’admission dans l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.

La dite admission et acceptation va présenter quelques difficultés. La demande est étudiée, le 5 mai 1625, au cours du chapitre provincial de l’Ordre à Poitiers. Les commandeurs Jacques Bonnin et Gabriel de Chambes sont missionnés pour obtenir les preuves de noblesse du  postulant. Entre les 23 et 29 juin 1625 ils vont vaquer à la dite mission et faire établir le procès-verbal des preuves de noblesse qu’ils ont pu obtenir et contrôler. Le procès- verbal est réceptionné et enregistré au prieuré d’Aquitaine à Poitiers le 23 juillet. Le 27 novembre 1625  se tient au prieuré d Aquitaine la réunion chargée de statuer sur les preuves de noblesse recueillies. La décision prise stipule que les preuves ne seront reconnues bonnes et valables que sous réserve de pouvoir fournir un certain nombre de documents supplémentaires précisément définis.  Les mêmes commandeurs sont mandatés pour tenter de les obtenir.  Ces documents ne pourront être présentés que près de deux ans plus tard le 22 juillet 1627.

En 1655, Guy d’Alongny, alors commandeur de Bourgneuf, est  chargé de la visite d’améliorissement de la commanderie de la Feuillée.
Il apparaît en tant que commandeur de Saint-Jean de Latran-lès-Paris et de la Feuillée en 1677. En 1684 il est toujours commandeur de la Feuillée et grand bailli de la Morée et de Cury Il décède en 1691 et est inhumé dans l’église Saint-Jean de Latran à Paris.


Signatures, le 25 juin 1651, par frère Jacques de Jalesnes alors commandeur de La Feuillée et d'Ansigny  et par  frère Guy d'Allogny Boismorant alors commandeur du Bourgneuf, à Saint-Brieuc, du  procès -verbal, des preuves de noblesse de Claude Budes du Tertre-Jouan, Bibliothèque nationale de Malte AOM 2355.  


quartiers de noblesse


 




D’Alongny : ″trois fleurs de Lys d’argent en champ de gueules″.

De La Pouge : ″portent pour armoiries un cheval d’argent nu avec trois flèches dans le flanc et côté en champ d’azur″.

De Salignac : ″portent pour armoiries trois bandes d’or en champ d'azur″.

Le Beau : ″ portent pour armoiries un chevron brisé d’or en champ de gueules et trois croissants au-dessous d’argent et au haut de l’écusson y a trois étoiles d’or en champ d’azur″.


Dessin ci-dessus et description des armoiries extraites des preuves de noblesse de Guy d’Alongny de Boismorand[1] .


 

dessins A. Berdé

 





[1] Archives de la bibliothèque nationale de Malte, AOM 2299.





 

 

 A remplacer il ne s'agit pas de la branche des Boismorand mais celles des branches Beaulieu, Saint-Astier, La Groye.

 

 

 

Armes : de gueules à 5 fleurs de lys d’argent, posées en sautoir.

Dessin Alain Berdé.

 

 

 


 


 

Comments