c- Illustration 2:fait divers au Palacret

La juridiction du Palacret

 

Dans le paragraphe précédent  nous avons décrit une des fonctions ou privilèges de la commanderie du Palacret  à savoir les droits de justice .

L’ensemble des membres et dépendances  du Palacret  (1) s’étendaient sur un territoire très étendu  aussi  la justice fut rendue dans le cadre de plusieurs juridictions qui évoluèrent au fil du temps ;

 au dix-septième siècle il y en avait trois :

la principale, à savoir , la juridiction du Palacret (2)

La juridiction de Plelo Bocqueho  qui se rendait à Chateleaudren

La  juridiction de Plouaret

 

 

Ces fonctions de justice , outre le pouvoir qu’elles donnaient  aux seigneuries ,qu’elles fussent civiles ou religieuses ,  étaient également sources de revenus ; en effet  ,généralement ,  ces fonctions  de justice  s’achetaient .

Nous pouvons ainsi relever dans un mémoire de visite de la commanderie du Palacret, suite à une visite  réalisée en 1702  , par le sieur  Trévaly ( sources Archives départementales des Côtes d’Armor  -cote H art 576 ) :

Greffe du Palacret affermé  par la commanderie 80 livres

Greffe de Plouaret affermé 59 livres

Greffe  du Temple de Plélo affermé 7 livres

 

 

 

 

Fait divers au Palacret  en 1626 : affaire Marguerite Tallema  Jan Le Capitaine

 

Dans le cadre de la juridiction du Palacret  nous vous avons déjà restitué une affaire criminelle (2H b)  qui s’est déroulée entre 1732 et 1740  mais  la majorité  des procédures relevaient non pas de  la haute justice  mais plutôt de la moyenne justice et surtout de la basse justice .

La lecture de ces quelques procédures  qui ont  échappé à la destruction  sont d’un grand intérêt car elles sont les principaux  documents qui nous permettent de comprendre la vie de nos ancêtres.

Aussi je vais vous décrire un fait divers qui  s’est déroulé au Palacret ,  qui a conduit à une procédure  judiciaire ( source AD 22 Bart 854 )   et que je trouve  très savoureux . Cette  procédure  est la preuve que les passions amoureuses furent de tous temps et que les personnes séduites, par amour pour leur séducteur , peuvent se laisser aller non seulement  à des comportements que la morale de l’époque réprouvait mais aussi à des actions    malhonnêtes  et ce quelle que soit l’époque .

 

Situons d’abord le contexte :

Le commandeur de l’époque était René de Saint Offange  (3) , il  fit du Palacret sa demeure principale et ce dès sa prise de fonction en 1613 jusqu’à son décès en 1641  .En septembre 1626 il s’absenta du Palacret  pour se rendre à la Feuillée , distant  de plus de 20 lieux  ( environ  90 km )  ,   pour affaires et pour   visiter ses différentes commanderies ; les déplacements étaient relativement  difficiles à l’époque  et l’absence du commandeur va durer plus de 2 mois .

 

Les faits :

Marguerite Tallema a  ,durant l’absence du commandeur, la charge d’assurer la gestion de la " maison" ; or  elle  est tombée amoureuse de Jan le Capitaine , couvreur d’ardoises et les deux amants se livrent à leurs ébats amoureux dans le lit clos installé dans  la cuisine du Palacret  ; outre ses ébats, pour suivre son amoureux ,elle néglige ses tâches , s’absente souvent   et vole des meubles ; quant à Jan le Capitaine   il se livre à des violences sur le personnel de la commanderie .

  




Requête du commandeur (dépôt de plainte dirions nous aujourd ‘hui ) :

A son retour le commandeur constate les faits et dépose une plainte ;

La formulation de la dite plainte  est  ,à mon sens ,  intéressante  en elle-même , aussi plutôt que d’en modifier les propos  je préfère vous obliger  à  la lire  , telle quelle , en son vieux français ; je me contenterai , pour une meilleure compréhension  ,du fait qu’il n’y a aucune ponctuation  , d’insérer des sauts de ligne à chaque fin de phrase .

 

« Messieurs les juges de la cour du Pallacret et Pontmelvez

Remonstre hault et puissant Messire René de SAINT-OFFANGE, chevallier de
l’ordre de Sainct-Jan de Jérusalem, seigneur commendeur des commenderies de
la Feillée, Quemper (Coren)tin, le Pallacret ,  Pontmelvez, comme puis les deux
mois derniers estant allé pour ses affaires à sa ditte commenderie de
la
Feillée, il auroict laissé en sa maison aud(it) Pallacret Marguerite Tallema
à laquelle il auroict laissé en charge et gouvernement tous les meubles de
lad(ite) maison tant lingerye, vessaille qu’autrement, mesme toutte la
provi(si)on dud(it) logix pour l’entretien et nouriture de ses domestiques
y estant

 et pandant son absence ladicte Tallema se seroict amourasché avec
Jan le Capitaine coupvreur d’ardoise et auroinct tellement faict ensemble
après s’estre suborné l’un l’autre qu’ils ont dissipé et desrobé la plus
grande part de ce qui estoit laissé en charge à la ditte Tallema et après
avoir aussi mal usé du bien dud(it) seigneur, ensemble de leurs corps
pandant ledict temps,

 scachant proche le retour dud(it) seigneur, se seroict retiré dud(it) lieu de Pallacret

 et emporté avec eux grand nombre de meubles,

et non contents lesd(its) Capitaine et Tallema dud(it) mauvais comportement, le premier dimanche d’octobre dernier, environ les dix à onze heures, ils vindrent à la porte dudict Pallacret auquel lieu ils scavoict qu’il n’y avoit qu’un pauvre homme estropiat nommé Mérien Riou avec ung enfant dequinze ans seullement, chauds de collère, voullant forser la porte et ne le pouvant aisément ferre au reffus que fist ledit Riou de leurs ouvrir la porte, ledit Capitaine  commença à p(ro)ferrer plusieurs iniures aud(it) Riou
l’apellant volleur, luy disant outre qu’il n’estoit poinct comme il estoit avec Keradenec qui ne faisoit que voller le monde par les chemins,

 et le landemain mattin le(dit)  Capitaine et Tallema ayant trouvé lad(ite) porte ouverte entrerent en icelle
et rencontrerent led(it) Mérien Riou, led(it) Capitaine  le voullut assommer d’un grand baston qu’il avoit en la main et caillou qu’il luy jepta ce qu’il eut faist n’estoit que ledict Riou s’esquiva au moins mal qu’il luy fut possible.
 
 

 



 Et du depuis n’auroinct les dits Capitaine  ny Tallema entre aud(it) lieu laissant tout ce qui y estoit à l’abandon d’un chacun, ce considéré .

Vous plaise desdits faicts apoincter enqueste d’office, contraindre les tesmoins qui en peuvent déposer par corps et pour faciliter la preuve permettre impétuer et faire fulminer lettres monitorialles, et pour ferre les exploitz commettre tous sergents et ferre justice.


signé    René de
ST-OFFANGE   . »

 

 

 

Prise en compte de la plainte :

 

Pierre Marhant  ,  lieutenant de la juridiction ,  note :

 « Enqueste d'office appoinctée permis contraindre les themoins par corps impettrer et faire fulminer monittoires   toutz sergentz comis pour faire les exploictz, ordonne par nous lieutenant de la court de Pallacret et Pontmelve le douziesme jour de Novembre1626 . »

 

En résumé une enquête est ouverte , les sergents doivent aller auditionner les témoins et si nécessaire un appel à témoins sera lancé  (   traduction de fulminer  monitoire  ) du haut de la chaire de l’église      et ne pas y répondre était un péché  avec  risque  d’excommunication  .

 

Procès verbaux d’audition des témoins :

5 témoignages sont entendus  et 5 procès verbaux établis ;  tous se recoupant je n’en transcrirais que celui du jardinier du Palacret  .

« Jan Cleret jardinier demeurant au manoir du Pallacret  paroisse de Sainct Lorans aaigé de trante sept ans thesmoign jure dire veritte purge de conseil et enquis doffice .

 

Deppose que puis les deux mois et demy led(it)  seigneur allant en sa comanderye de la Feillée

Il laissa en sa maison au Pallacret pour servante Marguerite Tallema a laquelle il laissa en charge les meubles de son mesnaige tant vesselle lingerye que autrement mesmes touttes les provisions pour la nouritture et entretenement des servitteurs dud(it)logeix

Pandant labsance duquel seigneur lad(ite) Tallema se seroit pour plusieurs fois absantee dud(it) lieu en la compaignye de Jan le Capittaine coupvreur d’ardoise et laissé led(it)  logeix et tout ce que lon luy avoict donne en charge a labandon dun chacun

Tardant en ses pourmenades [promenades] deux jours par chacun voyaige ;

 Dict outre que par deux divers jours lad(ite) Tallema et led(it) Capitaine durant labsance dud(it) seigneur fist transporter dud(it)  lieu sur unne cavalle [cheval])  plusieurs meubles, ne scaict a quy ils appartenoinct ;

 



Dict outre que lesd(it) Capitainne et Tallema se etoinct retires dud(it) lieu du Pallacret quelque quinze jours avant le rettour dud seigneur disants aller espouser ensemble ;

dict outre que environ onze mois sont a certain jour quil ne peult cotter il trouva lesd(it)  Cappitaine et Tallema couches ensemble dans un lict clos estant pres le feu en la cuisine dud(it) Pallacret et ne se parloict en ce temps que ils fussent maryes ensemble ;

dict outre que pandant labsance dud(it) seigneur a certain jour lad(ite) Tallema fist transporter dud(it) lieu du Pallacret en la maison de Ysabelle Michel unne pottée de beure quy pouvoict pesser vingt et quattre livres dont ayant le depposant eu advis il fist arester lad(ite) pottee de beure jusques au rettour dud(it) seigneur, et sont a present lesd(it) Capitaine et Tallema ensemble en mesme mesnaige, et est son record [témoignage ]. »

 

 

 

Décisions de justice  prise

Suite à  l’audition des témoins P. Marchand ,lieutenant du Palacret , donne l’ordre «  d’appréhender les dits Marguerite Tallema et Jan Le Capitaine , de les constituer prisonniers aux prisons de Guingamp pour y être interroger et répondre aux questions de la partie civile . »

 

Les  éléments que nous avons retrouvés  s’arrêtent là ; et nous ne savons quelles furent les condamnations  des  deux amants  délinquants .

 

 

Commentaires :

On peut cependant penser que la justice du Commandeur fut clémente car dans  le livre de compte du Palacret pour la période 1627  à 1631  ( Archives départementales de la Vienne cote 3H1 registre 443  - seul livre de compte de la commanderie  connu à ce jour ) on relève :

à la date du 28 octobre 1627  " baillé à Marguerite Talmat  5 livres 5 sols "

à la date du 26 mars 1628  "baillé à Marguerite Talmat  4 livres "

Ces éléments laisse à penser  que moins d’un an après le dépôt de plainte elle avait repris son service à la commanderie du Palacret .

 

 

Dans ce même registre on relève, à la date du 29 février 1628 , concernant  Merien Riou  , un des protagonistes de l’affaire  « Plus donne au dit sieur Janbatiste  ( del Silente ) dix huit livres pour des medicamans servant pour guerir la jambe de Merien Riou……..18 L "

 
 
 
 
 
 
 
 

 

Nota :texte  Y Le Moullec, dessins  Yves le Moullec  inspirés des dessins figurant dans l’ouvrage "Galerie bretonne ou vie des bretons de l’Armorique par Olivier Stanislas Perrin – Paris –Isidore Pesron libraire éditeur -1836 "

  ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 
 
 
 
 
 
 
 

Annexes pour mieux appréhender le contexte à l’époque de ces faits divers

 

 

(1) 

  – Membres et dépendances du Palacret

Très tôt , à la charnière de la fin du 14 ème siècle  et du  début du 15 ème siècle  ( d’après les documents connus à ce jour ) différentes commanderies bretonnes , dont le Palacret , furent regroupées sous la tutelle de la commanderie de la Feuillée  ( commune du Finistère ) ; 

Il est même probable que ce regroupement eut  lieu dès le début du 14 ème siècle ; sinon comment expliquer le choix d’une obscure et minuscule paroisse du Finistère  si ce n’est  par le fait que le premier commandeur connu de la Feuillée  ,Jean de Chalon ,faisait partie des représentants de l’Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem   lors de la remise des biens des Templiers  à leur Ordre par les représentants du roi de France , Philippe le Bel  , vers 1312 .

Ce regroupement évolua au fil des siècles ; à la fin du 17 ième siècle  elle comprenait  La Feuillée , Le Palacret , Quimper Corentin , Le Croisty, Mael et Louch , Pontmelvez  .

On peut encore préciser qu’à cette époque  seules  3 commanderies à savoir La Feuillée , Le Palacret et Pontmelvez  possédaient une maison commandale  ( ou manoir ) , les autres membres ou dépendances ne possédaient plus que des biens fonciers , moulins  et chapelles .

 

De même  les membres et dépendances du Palacret évoluèrent au fil du temps ; cependant  pour en définir les contours  généraux nous vous précisons dans le tableau ci - dessous l’état des biens de la commanderie du Palacret au cours de la deuxième moitié du 17 ème siècle :

 
membres et dépendances du Pallacret origine  (4) année 1658 (1) année 1671    (2) année 1676 (3) année 1681 (6) année 1701 (5) manoir (8)  chapelles (8) eglise  (8) moulins (8) quevaises  (8 ) autres (8)
                         
en la paroisse de Saint laurans  lanlouran non connue  oui oui oui oui oui Palacret St Jean  St laurent  Palacret  environ 15 oui; 22 chefrentes 
                         
en la paroisse de Louargat hospitaliers oui oui oui oui oui   St Michel
St Eloy + halle 
oui Keranfiol     
                         
en la paroisse de Pedernec hospitaliers  oui oui oui   oui         oui  
                         
en la paroisse de Prat templiers (7)                      
Tremoazan    oui oui oui oui oui   St Jean    Trevoazan ( parfois dénommé moulin du palacret )    
                         
paroisse de Plouec  ( Runan ) templiers  oui oui oui oui oui     oui+halle       
                         
paroisse de Plouisy   oui   oui oui oui         oui  
                         
Squiffiec                         
                village de Runellec  templiers  oui oui   oui oui           diverses tenues 
                         
Paroise de saint Gilles  hospitaliers (7)                      
                                le membre de Kerdanet  templiers    oui oui oui oui   kerdanet     oui oui
                         
paroisse de Boteshou (Bocqueho)                        
                       le membre de Villeblanche  templiers (7)   oui   oui           oui  
                         
paroisse de Pleloch                        
                             le membre de St Jean du temple      oui oui   oui            
                         
village de lanyon     oui oui oui             diverses rentes 
                         
en la paroisse de Ploumiliau                         
                                      le membre de Brezeihan   oui oui oui oui     Brezehan     oui oui
                         
en la paroisse de Ploulech                         
                                     le membre de Pontol  templiers  oui   oui oui oui       pontol oui  
                         
en la paroisse de Plouaret                        
le membre de Plouaret hospitaliers se prétendent fondateurs de l'église  (7) oui oui oui oui oui     oui   oui  
                         
en la paroisse de Plounevez                         
                                       le membre de kenmenech   oui oui oui oui oui   keramenech        
                         
en la paroisse de Plounerin                        
                                      le membre de Reschou templiers  oui oui oui oui oui       Rechou    
                         
en la tresve de loguivy Plougras                         
                                       le membre de Toulguidou   oui oui oui oui oui         oui  
                         
en la paroisse de Penguenen  (Penvenan) hospitaliers oui oui oui oui oui            
                         
en la paroisse de Coatreven  templiers (7) oui oui oui oui             diverses rentes 
                         
en la paroisse de Lanmeur                         
                                      le membre de Loguirec    oui oui oui oui oui     eglise St jacques    oui  
                         
en la paroisse de Plouignou t treve de lanneanou )                     oui  
                         
en la paroisse de Tredrez           oui            
                         

 

Légendes du tableau  ci-dessus 

1 : source AD  du 22 cote H543 rentier du Palacret année 1658

2 : source  AD du  22 cote H543  rentier Palacret années 1671 à 1674

3 : source  AD du 22  cote H546 -  rentier du Palacret années 1676 à 1678

5 : source  AD du 22 cote H506  tome 2 rapport de visite commanderie du Palacret année 1701  

6 : source AD du 22 cote H512  1681 déclaration de dénombrement sous Boismorand des commanderies

8 : source AD du 22 cote H512  1681 déclaration de dénombrement sous Boismorand des commanderies

 

 

 

(2)

Juridiction du Palacret : attribution de la charge de bailly  en 1690 (équivalent  à juge ou sénéchal ou prévôt )  - source Archives départementales des Côtes du Nord –cote B art 834

 

 

 

 

Nous vous en donnons ci - dessous la transcription , pour laquelle nous avons conservé l’orthographe de l’époque et l’absence de ponctuation.

 

«  Nous François d’Allogny de Boismorand  chevalier de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem  grand bailly de la Morée  commandeur des commanderies de La Feuillée et Palacret scavoir faisons que pour les bon et louables raport qui nous a esté faict de la personne de meltre Pierre Hamon sieur du Pré , baillif  de Guingant et de ses suffisansces et expperiances  a faict de la pratique  catolicité bonne vie et meurs et pour les bons et agreables servisses quil nous a randu  et autres causes a ce nous mouvant luy avons donné et octroié donnons et octroions les estas d offices de baillif et lieutenant des juriditions de Pommellevé et Palacret  pour en jouir sa vie durante aux honneurs profis et emolumans et prerogatives qui leurs apartiennent anjoignons a nos vasaus de luy obeir et porter honneur et prions messieurs les juges presidiaux de Rennes de luy admettre et recevoir faict a Paris sou notre saint avec le cachet de nos armes apposé le septieme de janvier mille six cent quattre vingt dix 

 Signe    Guy d’Allogny de Boismorand grand bailly de la Morée    »

 

 

 

 

 

(3)

-René de Saint Offange

Originaire du Diocèse d’Angers ,il devint chevalier de l’ordre de Saint Jean de Jérusalem en 1592. Il   prit possession de la commanderie du Palacret en 1613 ; il  en fit sa " maison " et  il  y demeura jusqu’à son décès en 1641.

Son passage laissa de nombreuses traces au Palacret car il y fit réaliser   d’importants travaux  .
Ses armoiries  sont , entre autres , actuellement visibles dans le mur ouest  du cimetière qui entoure l’église de St Laurent .

Elles sont également  au-dessus de la statue de la vierge près de l’église de Louargat  (dont photo ci-après ; ce qui nous permet de dater cette statue )
 
 

 

 

 
 
 
 

Table des matières

  1. 1 (1) 
  2. 2 (2)
  3. 3 (3)

 

Comments